• Cathline Smoos

Orgie Sex n’ trip

Semaine dernière c’était mon anniversaire, (ne vous affolés pas ce n’est pas vrai, toute cette histoire est une fiction). Bref comme toute personne normalement constituée j’ai décidé de faire un vrai goûter d’anniversaire, tout y était, les bonbons, l’omelette au champignon, des super copains et copines Marie-Jeanne, Marie-Dominique, Corentin enfin coco, Pierre, Paul, Jack & Daniel et même Lilly John qui je vous l’avoue est un peu un ami en carton.


Bref en tant que sexologue et pour la science évidemment, vous vous douter que même si coco hurler à l’autre bout de la pièce «  Tous en piste chaussez vos skis on part à Chamonix la poudreuse vient de tomber », j’ai préférer faire une orgie sur The Chemical brothers. Et vu que c’était vraiment une soirée bizarre j’avais envie de vous la raconter.



Donc bref, toute la bande est arrivée vers 21h00, au début ça a commencé soft je me retrouve dans mon appartement sur mes tatamis en sisals, et je m’enfile quelques bonbecs avec Marie-Dominique, on se connait bien donc forcément le feeling est vite venue. Je n’avais jamais fait d’orgie mais mais n’étant pas timide, je me décide à prendre les choses en main. 


Malgré un fort désir, je m’allonge avec MD, et je me retrouve à lui masser les mains langoureusement, à lui caresser le visage. En pas moins de 30 minutes j’étais devenu un véritable chaton de la caresse, pleine d’amour et de désir, psychologiquement je fondais, j’étais à deux doigts de lui dire je t’aime et d’oublier à quel point elle m’avait fait déprimer après chaque dernière soirée, ambiance poème de Verlaine :


« Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville Quelle est cette langueur Qui pénètre mon coeur ? Il pleure sans raison».

Trop bizarre. Impossible de bander de mon côté, et impossible de lui donner un orgasme. Étonnement je n’’étais pas choquée parce que c’est un peu le paradoxe de notre relation, elle me gorge de sérotonine et de bonheur mais je n’arrive jamais à mes fins, alors du coup je décide de me délecter de l’instant présent sans but ultime. La soirée était entrain de vriller en mode Bisounours, quand tout à coup :  « Youhouuuu j’ai prix des forfait ! »


Putain y’avait coco qui pétait le feu dans la salle de bain, il était encore avec Popaul entrain de se faire un égotrip. Je les rejoins et je les trouve là tous les deux entrain de se regarder le nombril devant la glace. Corentin c’est le genre de mec vantard, sûre de lui.  Il commence à me faire les yeux doux, et décrire avec attention chaque abdos de son torse, ô combien il lui a fallu avoir du courage pour avoir ce corps de rêve. Il m’en met plein la frimousse et ni une ni deux il me jette sur le lit comme un tigre, prêt à me faire monter au rideau, là vraiment j’ai cru que ça allait être les montagnes russes. Et Pof, il se rétame comme une merde devant le lit, c’est vraiment de la poudre aux yeux ces beaux discours sur ses performances sexuelles !


Vous croyez que j’allais laissé tomber ? Non, je suis gonflée à bloc, rien ne peut m’arrêter, vous auriez vu ça j’avais jeter mon âme au diable et mes principes, les doigt dans le nez et l’autre dans son cul, je le remet sur pied immédiatement, et je lui sors le grand jeu, genre compile des derniers meilleurs films de culs répertorié sur Le Tag Parfait, franchement on peut dire qu’on a pas lésiner sur la technique, j’avais le palpitant à 200, il fallait voir ça !


« 1 heures du mat’ j’ai des frissons Je claque des dents et je monte le son, putain Faut qu’j’trouve à boire » (Chagrin D’amour – Chacun fait c’qu’il lui plaît)


Heureusement y’avait Kate et Amine qui était dans la cuisine, je savais qu’ils allaient me faire un cocktail de cheval pour me remettre sur pied. Malheureusement le cocktail était tellement fort, que je ne tenais plus debout et franchement je n’avais rien d’un étalon,  j’étais à deux doigts de me prendre les pieds dans ma propre teub !


Malinx, le lynx, je me dit que mangeait ça devrait m’aider à éponger tout ça, je tourne la tête vers la cuisinière et j’aperçois le reste de omelette aux champignons. J’appelle Lilly qui était entrain d’éponger le vomi des 2 autres zigotos comme un papier buvard, afin qu’il se joigne à moi pour une petite bouffe des familles . Et là franchement, c’est vraiment le moment ou tout est partit en couille.


Corentin avait vraiment instillé une piste de ski dans le salon, Marie-Dominique caressait la moquette et lui sussurait son amour, Kate et Amine se prenaient pour des chimistes et construisaient un nouveau cocktail avec tout ce qu’il y avait dans le frigo, les plantes de mon appartement étaient chaudes comme la braise, et s’enlaçaient comme des adolescentes pré pubères, pendant que mon chat jouait à CandyCrush sur le plafond, et que Pierre, Paul, Jack& Daniel étaient coincés dans le labyrinthe du Minotaure dans les toilettes.


C’est à cet instant que j’ai compris qu’il fallait reprendre le contrôle de la situation, j’ai donc réuni tout le monde pour aller dans le salon se coquiner comme prévu dans le bateau spatiale et après avoir enjamber les herbes géantes de la jungle qui nous séparé de celui-ci nous nous sommes enfin allongés tous ensemble.


Certains trouverons cela bizarre, peut-être même que vous ne me croiraient pas, mais à cet instant – nous nous trouvions au-delà de la galaxie, au-delà des galaxies telles que nous les connaissons. Le temps s’était apparemment accéléré cent milliards de fois. L’univers tout entier se contractait jusqu’à devenir un point. Et là Une explosion formidable se produisit – (C.Lilly), je compris que depuis le début de l’orgie, je cherchais le but, l’orgasme, alors que ce n’était qu’un enjeu de présence.


J’avais fait une grossière erreur, je m’étais trompée, ce n’était pas avec ces amis que je pourrais vivre cette expérience, j’étais trop distraite, ils étaient trop trop, et finalement si ils peuvent être de bon accompagnant de soirée, pour le sexe c’était rater, en plus on ne s’était même pas protégés, on avait été tête en l’air. L’orgie d’anniversaire avait vite fait de s’écrouler par terre.


Alors j’ai regardé Marie-Jeanne, et comme d’habitude j’ai craqué sur elle en fin de soirée. C’est marrant au début Marie-Jeanne me mettait « la chauffe », elle me faisait lâcher prise, et puis c’est devenu une habitude, parfois même elle me fatigue un peu, j’ai même plus de force pour baiser, et toute cette soirée avait fini par me rendre parano.


Du coup j’ai éteint la playlist des Chemical Brother et pour ce dernier moment devant le levé de soleil, j’ai choisi d’écouter  Lexomil d’Acid Soda sur Soundcloud et franchement je vous jure qu’à la fin j’ai quand même passée une pure soirée.





Ce récit fictif est tiré de ma chronique SexyfullLife chez Culture Guest sur @BlocRadio tous les jeudis de 22h00 à 00h00.

70 vues